Série E

33 E - Fonds Gilles Béranger, Paris. (Dons 2004 - 2017)

 Lettre Aux Amis n°2 « L'activité d'une famille au service de Noirmoutier », article de Remi Béranger. Mars 1970
Généalogie Lecomte - Hubert - Béranger, historique des familles du Bois de la Chaise

 

                                                             Jean-Jacques Lecomte (1791-1861)

33 E 1  -  Dispense définitive de la Conscription accordée au sieur Jean-Jacques Lecomte (conscrit en 1808).

33 E 2  - Nomination de Jean-Jacques Lecomte en qualité de Surnuméraire à la direction des droits et octrois en résidence à Mindin, 1813.

Les documents concernant La Nouvelle Brille et La Tresson sont répertoriés dans une chemise de l'Etude de Me Cocteau notaire à Paris intitulée : « Anciens papiers relatifs à la Tresson et à la Nouvelle Brille» Propres de Mme Hubert            

                                    Société des dessèchements des lais de mer de Noirmoutier 1829

33 E 3  - Exemplaire non signé concernant les statuts : 28 articles expliquant le but de la société, son fonctionnement, sa durée (12 ans à partir du 15 mai 1829), les dates d'exécution des travaux, le fonds social (560 000 francs) représenté par 112 actions nominatives de 5 000 francs chacune, le nom du gérant, M. Jacobsen, etc.

33 E 4  - «  Note pour être annexée aux statuts de la société des lais de mer ». Elle concerne le premier dessèchement à exécuter, celui de la Nouvelle Brille. 30 actions de 5 000 francs seront nécessaires, soit au total un fonds social de 200 000 francs. Copie de la lettre de Monsieur le vicomte de Curzay, ancien préfet de la Vendée, adressée à M. Jacobsen l'assurant de son soutien, 11 juin 1829.

 

33 E 5  - Rapport manuscrit fait par Auguste Jacobsen à l'assemblée générale des actionnaires réunis en l'étude de Me Lehon notaire à Paris : Dépense faite pour l'encloture de la Nouvelle Brille, économies réalisées et première récolte d'orge. Le bénéfice s'élève à 2 500,00 francs. Signé « pour mon père », Auguste Jacobsen,  27 janvier 1832.

 

33 E 6 -  Copie de l'enregistrement de l'acte de constitution  de la « société de la Nouvelle Brille » en substitution à la première société arrivée à son terme. Etablissement de l'acte par Me Hailig désigné par le président du tribunal civil de première instance de la Seine en l'étude de Me Lehon. 7 juin 1841 : Statuts (exploitation des terres de la Nouvelle Brille), fonds social d'un montant de  210 000 francs réparti en 40 actions de 5 250 francs chacune, noms des actionnaires et leur nombre respectif d'actions. Dessin  aquarellé du dessèchement réalisé. Enregistrement en présence d'Auguste Jacobsen qui a signé, 2 ex.

33 E 7  - Demande de prorogation  de la Société  de la Nouvelle Brille par le gérant Auguste Jacobsen  pour une période de quinze ans, jusqu'au 1er juillet 1871. Noms des actionnaires avec pour chacun  leur nombre d'actions, acceptation des statuts signée par chaque actionnaire et par le gérant de la société. Nouveau plan du dessèchement réalisé. Noirmoutier, 8 juin1854. Copie de l'acte.

33 E 8  - 2 actions de la Nouvelle Brille, n° 19 et 20,  attribuées à Jean-Jacques Lecomte demeurant à Paris,  d'un montant de 5 250 francs chacune représentant le 1/40e du capital. Signature du gérant, Auguste Jacobsen. 12 janvier 1857. 

                                                                      Dessèchement de la Tresson

33 E 9  - Opération de la Tresson, exposé : Monsieur Jacobsen est propriétaire de lais de mer concédés initialement au sieur Joubert Desouches par arrêt du conseil du Roi. Après en avoir desséché plusieurs dont celui de la Guérinière, La Nouvelle Brille, qui a été une réussite, il lui reste deux parties incultes les Ilots et la Tresson. C'est ce dernier qu'il  désire enclore mais n'ayant pas les capitaux nécessaires pour faire face tout seul au coût des travaux, il  propose la constitution d'une association purement civile qui portera le nom de « Société des dessèchements de lais » concédé à M. Jacobsen. Le siège sera à Paris chez Me Lehon. Enumération des statuts : la société est constituée pour une période de 12 ans à partir du 11 février 1832, le fonds social est fixé à 288 000 francs, soit 32 actions de 8 000 francs chacune, répartition des actions nominatives, modalités de paiement de ces actions, chaque action donne droit à une part proportionnelle de la propriété du terrain concerné, gérance, assemblées annuelles, etc. 21 articles. Le dernier demande à  chaque actionnaire au moment de la souscription d'élire un domicile à Paris. Non signée. 2 ex. 11 février 1832.

33 E 10- Devis estimatif des travaux pour l'encloture de la Tresson qui donne le nombre d'actions nécessaires  pour couvrir le prix de ces travaux, 1833.           33 E 11- Copie d'un acte comportant 15 articles : Demande faite aux actionnaires de proroger la Société  pour une nouvelle période de 12 années à partir du 11 février 1856, constitution d'une nouvelle société pour l'exploitation du dessèchement de la Tresson soit en marais salants soit en grains, liste des actionnaires, possibilité à la fin des 12 années de liquider la Société, de partager le terrain,  chaque actionnaire devenant propriétaire  d'une partie au prorata de ses actions, acceptation signée par chaque  actionnaire, 8 juin 1854. Enregistré à  Paris le 24 décembre 1855, Bureau des actes sous seing privés.           

33 E 12- Quatre actions de 8 000 francs délivrées à M. Lecomte Jean-Jacques demeurant à Paris, 12 janvier 1857, portant les numéros 8, 9, 10 et 11.   

 

                                Pierre Hubert (1824 - 1886) et Agathe Délie Lecomte (1842 - 1901)

 

Agathe Délie Lecomte, fille de Jean-Jacques Lecomte et d'Anne Adèle Thomas née à Paris, épouse à Clamart, le 26 août 1862, Pierre Hubert attaché aux Ponts et Chaussée qui terminera sa carrière comme chef de division à la Préfecture de la Seine.

 

                                            Dessèchement de la Nouvelle Brille

33 E 13 - Assemblée Générale du 20 mai 1872. Présentation des comptes conformément aux statuts de la Société du 12 avril 1854. Noms des actionnaires ainsi que le nombre de leurs actions. Le Président est Pierre Hubert qui possède maintenant les actions n° 19 et 20 par transmission. Paris, le 20 mai 1872.

33 E 14 - Les actionnaires du dessèchement de la Nouvelle Brille ayant décidé la dissolution de la Société, il a été convenu de procéder au bornage des terrains et au tirage au sort des lots. Procès-verbal de bornage de la Nouvelle Brille sous la  responsabilité de  Pierre Hubert, président de la commission et actionnaire. Il est  représenté sur le terrain par M. Jean Lenard de Barbâtre et M. Chevalier, membre de la  commission et actionnaire représentant  Mme Jacobsen, M. Henri Jacobsen étant le secrétaire de la commission des actionnaires, 31 juillet 1875. Procuration de M. Chevalier à Mme Jacobsen, 28 juillet 1875. Procuration de Pierre Hubert à M. Jean Lenard, 20 juillet 1875.

33 E 15 - Tableau de la répartition du dessèchement de la Tresson entre les actionnaires dont l'un est M. Hubert, avec la surface des portions indivises. Collé au dos, calque représentant le dessèchement avec annotations au crayon noir et rouge. Non daté.    

33 E 16 - Direction générale de l'Enregistrement, des Domaines et du Timbre, bureau des  successions : Obligation de paiement de la taxe du revenu pour le 3e trimestre 1873 concernant les sociétés de la Nouvelle Brille et de la Tresson  

                                                                                   Les Louinas

33 E 17 - Vente par M. et Mme Jacobsen à M. et Mme Hubert d'un bois de sapins appelé « les Landes », 1er juin 1872.  Me Cocteau notaire à Paris : Alexandre Jacobsen et Virginie Baussan son épouse dont il est séparé de biens depuis le 12 mai 1859 vendent à Pierre Hubert propriétaire, chef de division à la Préfecture de la Seine et Agathe Delie Lecomte son épouse, un bois de sapins de 6 hectares 70 ares appelé «Les Landes », situé commune de Noirmoutier (section  E n° 24, 25, 26 et 27) tenant au nord au bois de la Chaise propriété de l'Etat, au sud au bois dit « Le Pélavé » appartenant à Auguste Jacobsen, propriétaire du fossé qui sépare ces deux bois. Le montant de la vente s'élève à 8 000 francs. Elle doit être réalisée dans les quatre mois, délai nécessaire pour réunir toutes les pièces demandées. La vente est effective le 14 novembre 1872, le dossier comporte 11 pièces :

1e pièce : contrat de vente du 1er juin 1872.

2e pièce : Lettre du conservateur des Hypothèques des Sables d'Olonne certifiant qu'il n'existe aucune restriction pour l'exécution de cette vente.

3e pièce : Extrait du registre des privilèges et hypothèques de la Conservation des Sables d'Olonne : Suivant l'acte de Me Cocteau ce privilège en faveur de M. et Mme Jacobsen est de 8 000 francs, montant de la vente du bois de sapins.

4e pièce : Le conservateur des hypothèques des Sables d'Olonne certifie qu'à la date du 25 juin1872, il n'existait aucune créance hypothécaire contre les vendeurs et les précédents  propriétaires Jean Corneille Jacobsen et son épouse Balzamy Danguy et Marie Armand Jacobsen.

5e pièce : Quittance par M. et Mme Jacobsen à M. et Mme Hubert attestant le versement de la somme de 8 000 francs à savoir, hors la vue des notaires, plusieurs versements d'un montant total de 7 600 francs en bon espèces de monnaie d'or, d'argent et billets de la banque de France et le solde devant notaire de 400 francs, 14 novembre 1872, Me Cocteau.

6e pièce : Radiation définitive par le conservateur des Hypothèques de l'inscription de privilège contre M. et Mme Hubert, janvier 1873.

7e pièce : Acceptation par Alexandre Jacobsen employé dans les travaux publics à Paris, et  par Auguste Jacobsen propriétaire à Noirmoutier de la délivrance des legs contenus dans les deux testaments de leur frère défunt Marie Armand Jacobsen en son vivant curé de Malièvre, 3 juin 1866. Extrait des deux testaments.

8e pièce : Extrait du testament olographe de Marie Armand Jacobsen, part concernant  Alexandre Jacobsen dont la pièce du four à chaux en Louinas, 29 avril 1866.

9e pièce : Extrait  d'un acte de partage sous seings  privés entre Auguste, Marie Armand, Alexandre Jacobsen, seuls héritiers de feu Jean  Corneille Jacobsen et de Madame Balzamy Danguy de Vuë sa veuve, 6 août 1845.

Extrait  par Me Reliquet notaire à Nantes le 29 juillet 1872 : Partage des campagnes de la Grande Lande, du Sorbète et du Pélavé. Partage de la maison de ville et de ses dépendances.

Partage du mobilier de cette maison et des campagnes précitées. Le reste indivis jusqu'à l'entier acquittement du passif.

Trois lots ont été constitués dont le troisième, attribué à Marie Armand Jacobsen, comprend  avec les pièces semées en pins du  Pélavé, l'objet de la vente : la pièce de Micheau 0 hect 68 ares, la lande du four à chaux 2 hect 27a, 50 c, la lisière des pins près le chemin 0,27 a et la grande pièce de pins entre le four à chaux et le bois de la Chaise  3 hect 70 ares.

Pièce 10 : Déclaration par Auguste Jacobsen par devant Me Henri Lebreton précisant que le terrain ci-dessus nommé, d'une contenance de six hectares 92 ares cinquante centiares a été cadastré en 1829 sous les numéros 24, 25, 26 et 27 section E. Rappel des origines de la propriété, 3 juillet 1872.

Pièce 11 : Notoriété concernant le terrain à Alexandre Jacobsen. Devant Me Casimir Henri Lebreton ont comparu Armand Etienne Bonin cultivateur et saunier demeurant à l'Epine et Jean Julien Bruneau  cultivateur demeurant au Pélavé ont déclaré parfaitement connaître le terrain planté de pins maritimes (section E n° 24,25, 26 et 27) et qu'Alexandre Jacobsen en était le propriétaire, 28 octobre 1872.

Toutes ces pièces portent le cachet de l'Etude de Me Cocteau notaire à Paris.

33 E 18 - Travaux d'améliorations foncières, Les Landes à Noirmoutier appartenant à M. Jacobsen. Plan manuscrit  aquarellé des parcelles  n° 1, 2, 3 et 4, avec dessins des pins maritimes, réalisé par L. Charpentier architecte, Paimboeuf, 12 novembre 1869. Sur ce plan ont été rajoutées en rouge les sections du cadastre et a été dessinée au crayon noir la position de la villa « Les Louinas » ainsi que le dessin des allées qui la desserviront.

33 E 19 - Préfecture de la Vendée : Le Préfet de la Vendée autorise M. Hubert à construire une maison à distance prohibée de la forêt domaniale. Elle sera soumise aux visites jour et nuit de la part des agents du service forestier, La Roche-sur-Yon, 17 janvier 1873.

33 E 20 -  Lettre de M. Hubert à M. le maire de Noirmoutier. Désirant clore sa propriété bordée par deux chemins vicinaux, il désire avoir l'alignement à suivre sur ces deux voies, 25 août 1873. Réponse de M. le maire Charles Gare autorisant la demande sous la surveillance du Garde-Champêtre chargé de vérifier l'alignement, 25 août 1873.

33 E 21 - Dessin représentant la future façade de la maison des Louinas, 1870. Plan de la baie de Saint Pierre, environs de la plage, position de la villa « Les Louinas » au milieu des sapins  90 x 63 cm, 1872. Dessin au crayon et aquarellé esquissant le futur jardin des Louinas. Photocopie d'un dessin au crayon intitulé « Les Louinas (Ile de Noirmoutier 1876 - JC) ». Photocopie d'une photo d'un groupe de personnage dont Pierre Hubert.                 

33 E 22 - Dessin au crayon représentant un sous-bois, signé J. C., 1850. Dessin au crayon signé P.H. représentant une gloriette dans un sous-bois. Trois photocopies de dessins au crayon représentant le château vu du port, l'église, le château vu de l'entrée du port (1875 - JC) et la «Baie de St Pierre Noirmoutier ».

                                                                 Paroisse de l'Herbaudière

33 E 23 -  Documents sur la création de la paroisse de l'Herbaudière : Quatre lettres de Monsieur Berthomé, curé de l'Herbaudière (1876-1878). Lettre provenant de l'évêché de Luçon, 1877. Lettre de Monsieur Hubert adressée au curé de l'Herbaudière, 1878. Cartes éditées à l'occasion de l'inauguration de l'église de l'Herbaudière, dessin original, autre modèle, bon à tirer, exemplaire définitif. Facture de la gravure et du dessin de ces cartes (1877), L. WUHRER graveur lithographe Paris, mars 1877.

33 E 24 - Courrier provenant du Ministère des Travaux Publics, Direction des routes et de la navigation, Division de la navigation, adressé à A.M. Hubert ancien chef de division à la Préfecture de la Seine, au sujet de l'amélioration de l'entrée du port de Noirmoutier. M. A. Rousseau directeur des routes et de la navigation lui assure que sa proposition a été prise en considération et est à l'étude, Versailles, 15 février 1878.

 

33 E 25 - Courrier provenant du Ministère des travaux publics adressé à « Mon cher Maître » et signé J. Moreau au sujet du chemin de fer de Challans au goulet de Fromentine, Paris 20, 20 avril 1882.

33 E 26 - Courrier en provenance du même ministère indiquant que le projet de construction d'une estacade au Bois de la Chaise est en cours d'étude et que le dossier suit son cours, Paris, 28 novembre 1882.

33 E 27 - « Pétition des propriétaires et sauniers des Marais salants de l'ouest » adressée aux sénateurs du gouvernement de Napoléon III contre l'avilissement du prix des sels sur les lieux de production. Imprimerie Merson rue du Calvaire, Nantes. Document constitué par la page 503-504 tiré d'un livre intitulé Oléron, Ré, Noirmoutier et qui concerne l'Ile de Noirmoutier. Paroles prononcées aux obsèques de Pierre-Eugène Pinet curé de Noirmoutier le vendredi 15 mai 1885 par Gsell au nom du Conseil de Fabrique. Imprimerie Mme Veuve Camille Mellinet - L. Mellinet et Cie, suc. Nantes.

                                                                        Madame Veuve Hubert

                                                         Adèle Délie Marguerite Hubert et Lucien Béranger

33 E 28 - Contrat de mariage de Lucien Béranger et d'Adèle Délie Marguerite Hubert, 9 juin 1892, Me Albert Cocteau, Paris.

33 E 29 - Copie de l'acte de la fondation de la Société Civile de l'immeuble de la Lande des Sorbets dont  M. Béranger possède les originaux. Cette association réunit les principaux propriétaires du Bois de La Chaise et a pour but l'érection d'une  chapelle. Mme Hubert donne un terrain qui fait partie des Louinas Sorbets. Me Dampayrou, Noirmoutier, 20 septembre 1897.

33 E 30 - Etat liquidatif de la succession de Madame veuve Hubert. Procès-verbal de lecture et approbation. Me Marcel Cocteau, successeur de Me Albert Cocteau son père, Paris, 12 novembre 1901.  Convention signée par Lucien Béranger, Alice ? Hubert et Arthus Bertrand, relative à la succession de Marie Anne Adrienne Hubert 1ère épouse décédée de Lucien Béranger, 12 novembre 1901. Lettre de Marcel Cocteau successeur de son père au sujet de cette convention, 14 novembre 1901.

33 E 31 - Cinq exemplaires du plan du  Lotissement des Louinas, nom des propriétaires riverains, nom des allées. Prix de vente des  terrains  (1902) avec écrit en rouge les servitudes, habitations  bourgeoises, chalets, entretien des routes, maintien du nom des allées. Calque en trois morceaux du lotissement des Louinas. Entrefilet d'un journal  émanant de la police municipale pour la déclaration des locataires pendant la saison balnéaire de 1923.

33 E 32 - Affiche de vente : 50 000 mètres de terrains boisés à vendre, jolis chalets à vendre ou à louer.  S'adresser à Me Dampayroux notaire à Noirmoutier, à M. Marmuse ou M. Guihot à Nantes. Imprimerie du progrès, Nantes.

33 E 33  - Lettre de Me Jean Leménager notaire à Noirmoutier adressée à Monsieur Béranger domicilié à Clamard lui exposant la demande de Monsieur Colonna et de Mme née Jacobsen qui désire acheter la mitoyenneté du chemin séparant sa propriété de celle de Mme Colonna, 3 août 1932.

33 E 34 - Cinq photocopies des coupures de journaux « Noirmoutier, l'île aux patates » 1941.          

33 E 35 - Gravure « Château de Lion-sur-Mer (Calvados) de F. Benoist. Lith. Charpentier Edit. Nantes.